AMENAGEMENT URBAIN
Réaménagement du centre du village de Savièse     
4ème prix
Concours I 2015

L’enjeu du projet consiste en la définition d’un cœur villageois à St Germain destiné à l’ensemble du village de Savièse. Le projet répond à la fois à l’échelle proche du quartier de St-Germain ainsi qu’à la volonté de créer un espace identitaire à plus grande échelle.

 

La densification du site s’organise dans une alternance de pleins et de vides s’articulant le long d’un parcours piétonnier reliant la maison communale à l’école, et s’inscrivant en continuité des aménagements paysagers du cimetière. Elle permet de créer un espace public continu à l’échelle de Savièse, s’intégrant toutefois, par ses sous-espaces connectés les uns aux autres, dans l’échelle plus directe du quartier.

 

Cette notion d’échelles différenciées se traduit également au travers des modes de déplacements. Voiture et transports publics pour les connexions entre les nombreux quartiers du village, mobilité douce en son cœur. Le centre devient non seulement le lieu de concentration des programmes communautaires et des infrastructures villageoises, mais également l’interface des différentes vitesses de déplacement.

 

Le projet s’articule, dans l’esprit de la situation prévalant actuellement dans la zone de l’Eglise et du cimetière, sous forme d’une succession de plateaux connectés d’Est en Ouest aux courbes du terrain naturel. Les différents plateaux se franchissent au travers d’aménagements urbains qui sont autant d’éléments animant l’espace public et appropriables par les usagers. Dans leur prolongation s’implantent quatre volumes accompagnant les connexions Est-Ouest et générant l’articulation des vides.

 

Les exigences programmatiques spécifiques du projet induisent des volumétries plus importantes que la moyenne dans le village. La géométrie des bâtiments est cassée en plan, ainsi qu’en coupe au travers de toitures en pentes. Ils prennent ainsi une échelle se rapprochant de la densité du centre du village, où les différentes constructions de moindre volume, bien qu’hétérogènes, créent des ensembles plus imposants. Les nouvelles toitures s’inscrivent dans la façade du village et les ruptures en plan diminuent la perception de longueur des bâtiments, dont le caractère minéral s’inscrit dans la continuité du village. Les nouveaux programmes se mêlent à l’existant, tant bâti que topographique, et les niveaux induits par la pente se rejoignent sans véritables ruptures. La végétation avoisinante contamine le projet, renforçant la rencontre du nouveau et de l’ancien dans un paysage unitaire.